Vous avez un jardin ? Redécouvrez les plantes sauvages !

Alors que ce confinement semble mettre en pause la nature « sauvage », nos jardins n’ont jamais été autant parcourus. C’est le moment de profiter de ce temps libre pour observer et déguster des plantes locales qui poussent naturellement dans vos espaces de verdure. En laissant des zones de vos jardins non tondues, vous pourrez redécouvrir ces herbes folles, aussi appelées « mauvaises herbes ». Observez leur croissance, vous serez surpris de leur potentiel, aussi bien esthétique que culinaire !

En attendant le retour des sorties “Récolter et cuisiner les plantes sauvages”, voici deux plantes que vous pourrez sûrement rencontrer dans vos jardins et deux recettes pour pouvoir les déguster. Vous les retrouvez prochainement dans un livret sur les plantes sauvages comestibles.

> Partagez vos recettes favorites + photos avec des plantes sauvages en commentaire [“leave a comment” en bas de l’article] ou par email  à pierreetterre.communication[at]orange.fr !

PLANTES

OrtieUrtica dioica

La grande Ortie (qui fait jusqu’à 1m50) pousse en colonies dans les décombres, les sols riches et humides, fréquentés par les hommes. Ses poils urticants permettent de l’identifier à coup sûr. Fleurs vertes disposées en grappes pendantes aux aisselles des feuilles. Elle porte des feuilles larges, opposées et dotées de dents aiguës.

Conseil de cueillette : On cueille plutôt les jeunes pointes qui auront un goût agréable et tendre, dès le printemps, jusqu’à l’automne, et des fois toute l’année. Prendre des gants ou couper avec des ciseaux sans toucher les feuilles !

Anecdote : L’ortie était défibrée bien avant le lin et le chanvre. Filée, tissée elle servira à fabriquer vêtements, cordages, filets, et sacs. Elle eut une utilité dans la fabrication de papier. Elle a un très bon rendement puisque 100 kg d’ortie donne 75 kg de filasse ! L’ortie est une véritable plante hôte pour la faune, notamment de nombreuses espèces de coléoptères et de papillons comme le Paon du jour, le Vulcain, la Petite tortue, la Belle-dame, le Robert le diable.

Grande MauveMalva sylvestris

Plante poilue dont la racine principale est de couleur blanche. Ses feuilles sont larges et veloutées, palmées à 5 lobes, très douces, blanchâtres. Les fleurs sont d’un rose pourpré, ses 5 pétales sont en forme de cœur. On la trouve dans les prés, les chemins et bords de routes.

Conseil de cueillette : On ramasse la mauve au début du printemps pour les feuilles, été et automne pour les fleurs.

Anecdote : La mauve fut un des légumes les plus consommés de l’Antiquité. Consommée en abondance on disait qu'”elle procure la liberté de l’esprit en même temps que celle du ventre”.

RECETTES

Lasagnes aux orties

 

  • 2 saladiers de feuilles d’ortie
  • 2 oignons
  • Béchamel
  • Sauce tomate
  • Feuilles de lasagnes
  • Gruyère râpé

Faire revenir les feuilles d’ortie avec les oignons coupés en petits morceaux
Dans un grand plat, mettre un fond d’huile puis faire des couches dans l’ordre suivant : lasagnes, sauce tomate, légumes, gruyère, béchamel
Reproduire l’assemblage tant qu’il reste des ingrédients
Finir par une couche de béchamel et de gruyère
Enfourner à 180°C pendant 30 à 40min
Servir chaud !

 

Tarte verte au fromage de chèvre

 

  • Pour la pâte : farine, eau chaude, huile de tournesol ou beurre fondu, sel
  • Pour la garniture : 1 bûche de chèvre, feuilles d’ortie et de mauve, 1 oignon, 2 œufs, un verre de lait végétal, assaisonnement

Faire la pâte à tarte : mélanger 1 verre de farine, 1/4 de verre d’eau chaude et 1/4 de verre d’huile dans un récipient (s’il ferme bien, on peut secouer le récipient pour mélanger la pâte)
Étaler dans un moule à tarte et faire des trous avec une fourchette
Préchauffer le four à 200°C (th.7)
Faire revenir l’oignon coupé en morceaux avec les feuilles d’ortie et de mauve puis verser sur la tarte
Préparer l’appareil : mélanger les œufs avec le lait et assaisonner, verser le mélange sur la tarte Couper des morceaux de bûche de chèvre et les disposer sur le dessus de la tarte
Enfourner pour 30 à 40 minutes
Servir avec une salade sauvage !

 

Ce contenu a été publié dans consommation responsable, jardin bio, nature et biodiversité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *