Toilettes sèches

L’association Pierre et Terre vous accompagne dans votre réflexion et dans vos démarches pour un mode de vie plus respectueux de l’environnement. C’est dans ce cadre que nous vous accueillons lors d’un rendez-vous personnalisé dans nos locaux pour vous présenter la démarche et les enjeux de l’utilisation de toilettes sèches.

Comme leur nom l’indique, les toilettes sèches sont des toilettes qui fonctionnent sans eau. Leurs avantages sont multiples notamment l’arrêt d’une pollution nitratée, phosphatée et bactérienne importante liée à nos déjections.

Avantages des toilettes sèches

  • en éliminant nos déjections de la voie aquatique, on diminue la pollution azotée et la pollution phosphatée de nos rivières « et l’on supprime quasiment entièrement la pollution bactérienne » (D.Marchand, ingénieur sanitaire DRASS). A contrario, avec des toilettes humides, même épurées par nos systèmes d’assainissement non collectif et nos stations d’épuration collectives, cette pollution reste en partie existante même après traitement ;
  • le compost produit par l’utilisation de toilettes sèches permet une récupération d’unités d’azote et de phosphore importantes pour notre autonomie agricole. L’élément essentiel de cette technique consiste à mener une réflexion culturelle afin de percevoir nos matières comme une biomasse constituée d’éléments nutritifs nécessaires à l’équilibre de nos sols, qu’il faut en conséquence valoriser.
  • la suppression de l’utilisation de l’eau pour évacuer nos excréments permet une économie de 20 % à 30 % de la consommation en eau annuelle d’un ménage.

Classification des toilettes sèches

D’un point de vue pratique, on distingue deux principaux types de toilettes sèches : les toilettes sèches avec séparation des urines et des matières fécales à la source et les toilettes sèches unitaires. Le schéma ci-dessous propose une première classification des toilettes à compost. Les toilettes sèches se déclinent aujourd’hui en différentes variantes : elles peuvent être installées en extérieur mais de plus en plus de ces toilettes sont aussi intégrées au bâti.classification_tsLe dimensionnement des chambres de compostage

Elles varient en fonction du système choisi. De leur taille dépend l’autonomie des toilettes sèches. Lorsque la chambre de compostage est sous les toilettes celles-ci peuvent être d’un volume de 80 litres à plusieurs mètres cubes. Toujours pour une utilisation régulière par 4 personnes, les dimensions moyennes d’une chambre de compostage sont de 1 à 2m3.

composteur

Les chambres de compostage devront être adaptées à la fréquentation. Si le terrain est plat ou que l’espace est limité les chambres peuvent être plus larges ou moins hautes.

La ventilation

Elle permet de gérer les odeurs et garantit le confort d’utilisation du toilette sèche. La ventilation doit être dans le local de compostage et non dans le plafond de la pièce recevant les toilettes. Indispensable, elle peut être mécanique ou passive. Nous recommandons cependant d’installer une ventilation mécanique pour les toilettes sèches séparatives intérieures. L’aspiration se fait de l’intérieur de la toilette vers le local de compostage. On mettra donc en place une entrée d’air au plus près de la toilette. On peut également coupler les systèmes de circulation d’air (entrée et extraction) à une ventilation double flux.

schema_ventilL’éclairage

Valable pour tous les systèmes de toilettes sèches, il n’est pas conseillé d’éclairer les toilettes sèches avec un plafonnier. Il est souhaitable de prévoir des luminaires assez bas (entre 50 et 60cm).

Pour aller plus loin…

Comments are closed.