ALIMENTERRE et la consommation d’insectes

Hier soir, 37 personnes ont assisté à la projection du documentaire d’Andreas Johnsen : “Bugs”, pour l’ouverture du festival ALIMENTERRE à Pierre & Terre, en présence de Véronique Champommier pour animer le débat.

Dans un tour du monde qualifié d'”aventure gastronomique”, les chercheurs du Nordic Food Lab, Josh Evans, Ben Reade et Roberto Flore, découvrent une partie des 1900 espèces d’insectes comestibles, comment les cuisiner, leurs saveurs étonnantes et intéressantes, leurs propriétés nutritionnelles, etc.

Ils remettent également en question les recommandations de la FAO quant à l’élevage et la consommation d’insectes pour assurer la sécurité alimentaire des 9 à 10 milliards d’humains en 2050.

Parmi leurs arguments et ceux évoqués dans le débat qui a suivi la projection, on peut noter que :

  • les insectes élevés de manière industrielle n’ont pas de goût (en comparaison des insectes goûtés à travers le monde) et ont des valeurs nutritives moindre (ils sont réputés pour les protéines et minéraux)
  • les insectes élevés dans les pays occidentaux ne sont pas endémiques et font échos aux espèces invasives et les problèmes qu’elles entraînent
  • on produit déjà suffisamment de denrées pour nourrir 12 milliards de personnes
  • les industriels cherchent le profit dans ce nouveau filon
  • les protéines animales nécessitent plus d’eau et d’énergie que les protéines végétales (céréales et légumineuses).

Le débat s’est prolongé autour de la traditionnelle tisane, et pour l’occasion, les plus courageux ont pu déguster des insectes !

Comments are closed.